retour carte

 

De la terre pour façonner, du bois pour cuire, de l’eau pour transporter. Les trois éléments cardinaux étaient réunis pour que la faïence s’épanouisse à Nevers.

Les premiers hommes de l’art, les frères Conrade, arrivent d’Italie, à la fin du XVIe siècle, à l’invitation de Louis de Gonzague, duc de Nevers. La greffe prend tellement bien que dès le siècle suivant, Nevers est considérée comme la capitale française de la faïence et une place forte européenne en ce domaine.

Alchimie de l’art et de l’artisanat, la faïence de Nevers s’émancipe très vite de l’influence italienne et impose sa marque de fabrique, le fameux bleu de Nevers – un bleu cobalt profond et fascinant.
Au XVIIIe siècle, douze manufactures tournent dans la ville.

Au XXIe siècle, la faïence de Nevers se perpétue entre des mains toujours aussi habiles, dans un subtil équilibre entre tradition réinventée et ouverture vers l’art contemporain. Pour embrasser près de 500 ans d’histoire en une visite, une adresse s’impose : le Musée de la Faïence et des Beaux-arts de Nevers, dont les vastes collections – enrichies récemment du fonds de la faïencerie Montagnon – mettent également en lumière l’art du verre émaillé, qui brilla à Nevers pendant deux siècles et demi avant de s’éteindre brutalement en 1848.

La collection de 290 pièces déposée par le Louvre est époustouflante. Et pour apprécier le travail des lointains successeurs des frères Conrade, il faut pousser la porte des deux faïenceries encore en activité à Nevers. Si le décor au grand feu a perdu de sa superbe, la cité ducale accueille en ses flancs une vingtaine d’artisans d’art qui excellent dans des domaines aussi divers que la tapisserie, la lutherie, la restauration de tableaux…

L’installation, en 2017, d’un bijoutier-créateur ayant travaillé pour des géants de la haute couture est le signe que Nevers reste une ville attractive pour les métiers d’art.  À l’occasion de la réfection de la rue du 14-Juillet, qui fut jadis le fief des faïenciers, la municipalité a ainsi fait réaliser des encastres de faïence dans le sol pour accompagner les pas des piétons jusqu’au Musée de la Faïence et des Beaux-arts.

Autre initiative originale, des images des métiers d’art ont sublimé les vitrines vacantes du centre-ville lors de l’opération Nevers en vitrines. Les Journées du patrimoine sont également une chambre d’écho pour les artisans d’art, dont le travail est mis en lumière pour la circonstance. Enfin, la ville mûrit un projet de biennale des métiers d’art, pour illustrer avec encore plus de force le lien historique qui les unit.

  • Vénus, l'Amour et Mercure · Plat du 17e siècle au décor mythologique

    Vénus, l'Amour et Mercure · Plat du 17e siècle au décor mythologique

  • Guillaume Bigourat (fils) · Manufacture La Fleur de Lys

    Guillaume Bigourat (fils) · Manufacture La Fleur de Lys

  • Musée de la faience

    Musée de la faience

Array ( [0] => https://vimeo.com/250592131 )

maire

Denis THURIOT

nombre d'habitants

36 000

département

Nièvre

région

Bourgogne - Franche Comté