retour carte

Fondée vers 1555 par Jacques de Pons, « Jacopolis sur Brouage » avait avant tout vocation à être une place de commerce.

Devenue Brouage, on lui assigne comme gouverneur le Cardinal de Richelieu. Il fortifie la ville avec magnificence et transforme la place en un véritable coffre-fort de la richesse fabuleuse tirée du commerce du sel. A cette époque de pleine activité, la ville, forte d’une garnison de près de 4000 âmes, connaissait un artisanat essentiellement utilitaire. De nombreuses maisons gardent sur leurs façades les traces de ces échoppes et autres boutiques.

Autrefois, la ville retentissait de l’écho de ses métiers : tonnelier, cloutier, forgeron, artisans ou soldats soucieux d’améliorer leur ordinaire, chacun participait à l’essor et à la renommée de Brouage.

L’investissement des collectivités depuis 1989 a permis de faire revivre le site : restauration des remparts, des poudrières, de la Halle aux vivres, de l’Eglise, des rues…

Depuis plus de 20 ans le Syndicat mixte de Brouage développe une politique de valorisation des métiers d’Art. Toute l’année la Vitrine des métiers d’art, bâtiment composé de trois ateliers-boutiques, est occupée par des artisans d’art sélectionnés et soumis à une charte qualité.

Tous les étés, organisation en étroite collaboration avec le Conseil des Métiers d’Art du Québec d’une exposition dans la tonnellerie de Brouage, intitulée Les Traversiers des Arts et réunissant 4 artistes (2 québécois et 2 français).

  • Les traversiers des arts · © Syndicat mixte de Brouage

    Les traversiers des arts · © Syndicat mixte de Brouage

  • Vitrine des métiers d'art · Rue du Quebec à Brouage · © Pascal Baudry

    Vitrine des métiers d'art · Rue du Quebec à Brouage · © Pascal Baudry

président

Michel PARENT

nombre d'habitants

640

département

Charente Maritime

région

Nouvelle Aquitaine